Comment le gouvernement compte faciliter l'accès au logement

Lors de la présentation de sa feuille de route pour la période de "100 jours d'apaisement", Elisabeth Borne a affirmé entendre les inquiétudes des Français concernant l'accès au logement. Et elle a présenté des esquisses de solutions.
Le constat est établi par les professionnels de l'immobilier, la France vit actuellement une crise du logement. Et les différents segments sont concernés: accession à la propriété, à la location dans le privé, à la location dans le logement social. Et lors de sa conférence de presse, Elisabeth Borne a affirmé avoir entendu les inquiétudes des Français. C'est pourquoi elle a annoncé: "Nous voulons faciliter l'accès au logement de tous les Français, notamment dans les zones où l'offre est insuffisante".

La première ministre a dévoilé trois pistes. Tout d'abord, elle prévoit de "solliciter les banques pour améliorer l'accès au crédit des ménages". Une discussion avec les banques donc, mais sûrement aussi avec le Haut Conseil de Stabilité Financière.

En effet, depuis le 1er janvier 2022, les recommandations sont devenues obligatoires et les banques n'ont plus le droit de dépasser un taux d'endettement de 35% pour les ménages (assurance incluse) et la durée maximale des crédits est limitée à 25 ans (27 ans pour certaines acquisitions dans le neuf ou lorsqu'il y a de lourds travaux, avec un différé d'amortissement de deux ans).

Vers une évolution du PTZ
Il existe toutefois une certaine souplesse: les banques peuvent déroger à ces règles pour 20% de leur production trimestrielle. Mais sur cette part, 80% de cette flexibilité doit être réservée aux acquéreurs de leur résidence principale. Il y a quelques semaines, Bercy dévoilait aux Echos: "S'agissant de la norme HCSF, le ministre est très attentif aux remontées de terrain et souhaite donc s'assurer que cette norme, qui vise un objectif de stabilité financière en évitant un excès d'endettement, ne devienne pas un obstacle à l'accès au crédit, et donc à la propriété, de ménages pourtant solvables". Le ministre de l'Economie avait donc demandé que des "travaux d'évaluation" soient menés "en lien avec la Banque de France, le HCSF et l'ensemble des acteurs concernés".

Ensuite, Elisabeth Borne prévoit de "donner de la visibilité sur l'évolution du prêt à taux zéro". BFM Business dévoilait en début de semaine que professionnels de l'immobilier, promoteurs, courtiers ou encore Fédération française du bâtiment poussaient plus que jamais en faveur d'une prolongation et même d'une extension du dispositif et que l'idée faisait son chemin au sein de l'exécutif.

Et enfin, la première ministre entend "mobiliser la Caisse des dépôts pour racheter des logements neufs qui peinent à trouver des acquéreurs et débloquer ainsi les programmes en attente".

Lire la suite sur scoop.it
Source : www.bfmtv.com
Mentions légales Confidentialité