Crédit immobilier en étant célibataire : quelles conditions ?

Crédit immobilier en étant célibataire : quelles conditions ?


Un crédit immobilier est un prêt amortissable souscrit à long terme avec en moyenne une durée de remboursement de 20 ans. À ce titre, il est facile de comprendre que les établissements prêteurs souhaitent prendre le minimum de risques quant à une défaillance financière de l’emprunteur.

Comparateur Crédit Immobilier ! Gratuit et sans engagement !
Les conditions d’accès au crédit immobilier sont toujours plus strictes. La hausse des taux d’intérêt des derniers mois ne facilite pas son obtention. Selon un sondage réalisé pour l’AFIB, près de 50 % des dossiers de crédit immobilier ont été rejetés depuis le début de l’année 2022. La capacité d’emprunt et la solvabilité de l’emprunteur sont au rang un et deux des premiers critères d’octroi. Il va de soi que ces critères seront plus favorables en couple qu’en étant seul. Même si légalement rien n’empêche un célibataire de souscrire un crédit immobilier en solo, il peut rencontrer quelques difficultés. Voyons aujourd’hui dans notre article les conditions d’octroi d’un crédit immobilier en étant célibataire.

Peut-on souscrire un crédit immobilier en étant célibataire ?
Oui, il est tout à fait possible de souscrire un crédit immobilier en étant célibataire. Être emprunteur en couple ou emprunteur en solo n’est d’ailleurs pas un critère de sélection pour les banques. Ce qui importe, c’est la stabilité professionnelle de l’emprunteur célibataire et sa capacité à rembourser un prêt à long terme. Le célibataire va devoir apporter la preuve de rentrées d’argent régulières que ce soit ses salaires ou autres revenus fonciers par exemple. Il va devoir également justifier de son ancienneté professionnelle avec un poste en CDI ou dans la fonction publique de préférence. Selon les statuts, voici un tableau récapitulatif du nombre d’années d’ancienneté exigé en moyenne par les banques :

Statut de l’emprunteur

Nombre d’années d’ancienneté

CDI

2 ans

CDD

3 ans

TNS

5 ans

Intérimaire

2 ans

Libéral

2 ans

Dirigeant d’entreprise

2 ans

Intermittent du spectacle

3 ans

Saisonnier

4 ans

Le célibataire fournit les justificatifs adéquats comme un contrat de travail, un renouvellement de contrat de travail, les bilans comptables, les fiches de paie, etc. Les établissements prêteurs souhaitent un emploi stable dans un secteur porteur de préférence. Un célibataire en CDI a plus de chance de voir aboutir son dossier qu’un couple de TNS en activité depuis un an.

Quelles sont les conditions pour souscrire un crédit immobilier en étant célibataire ?
Les conditions d’octroi d’un crédit immobilier sont les mêmes que l’emprunteur soit célibataire ou en couple. Nous l’avons vu, il faut une situation professionnelle stable avec des revenus réguliers. L’autre exigence est un taux d'endettement inférieur à 35 %. Autrement dit, la mensualité du crédit ne doit pas dépasser un tiers des revenus du célibataire. Le taux d’endettement détermine la capacité d’emprunt et donc de remboursement du célibataire. Le seuil des 35 %, autrefois recommandation du HCSF, est devenu obligatoire depuis janvier 2022. La durée de remboursement maximale de 25 ans est elle aussi devenue obligatoire pour les banques. Le célibataire soumet son dossier à une évaluation appelée scoring. Sont pris notamment en compte ses revenus (salaires, primes, loyers perçus) et ses charges fixes. Le reste à vivre pour une personne seule a aussi son importance. En moyenne, il doit se situer entre 700 et 1 000 € pour un adulte. Pour obtenir un crédit immobilier en étant célibataire, les banques vont également exiger :

Un apport personnel de minimum 10 %.
Une garantie hypothécaire ou une garantie privilège du prêteur de deniers.
Une assurance emprunteur avec a minima une garantie décès et une garantie invalidité.
Comment optimiser son dossier de crédit immobilier en étant célibataire ?
Acheter et surtout emprunter seul pour un célibataire peuvent s’avérer un véritable parcours du combattant. Peut-être devra-t-il revoir ses prétentions à la baisse et se tourner vers un bien plus petit et sans travaux pour diminuer le coût de l’acquisition. Peut-être devra-t-il faire le choix de l’investissement et louer le logement plutôt que d'y habiter. Toujours est-il qu’il va devoir valoriser son dossier et mettre en avant tous les atouts à sa disposition. Si sa gestion bancaire est irréprochable, c'est le moment de le rappeler à son banquier. Les trois derniers relevés de compte sont passés au peigne fin pour détecter tout incident de paiement. Le célibataire doit être exempt de tout fichage à la Banque de France. Il met en avant ses qualités de gestionnaire, mais aussi d’épargnant. Mettre de l’argent de côté chaque mois équivaut à une échéance de prêt pour les banques. C’est un gage de sérieux et de confiance supplémentaire. D’autres solutions existent pour optimiser son dossier de crédit immobilier en étant célibataire. En voici trois plus en détail.

Demander le soutien financier d’un proche
Pour optimiser ses chances de réussite d’obtenir un crédit immobilier, le célibataire peut solliciter l’aide de ses proches. Il est courant que les parents aident leur enfant à acquérir leur premier bien immobilier soit avec une donation, soit avec un apport ou don en numéraire, soit en étant co-emprunteur. L’autre solution est qu’un proche se porte garant du célibataire en caution simple ou en caution solidaire. Dans ce dernier cas et lors d’une défaillance financière du célibataire, c’est le proche qui doit verser les mensualités à la banque.

Augmenter son apport personnel
Pour obtenir plus facilement un crédit immobilier en étant célibataire, l’emprunteur augmente le montant de son apport personnel. Si son apport représente 20 à 30 % du prix d’achat total, le célibataire maximise ses chances d’obtenir des conditions avantageuses comme un taux d’intérêt plus bas. In fine, les intérêts à verser sont moindres et donc le coût global du crédit immobilier diminue. Par effet domino, le célibataire réduit également son taux d’endettement.

Solliciter des aides de l’État
Enfin, comme pour un couple, le célibataire peut solliciter des aides de l’État ou des collectivités. L’aide la plus répandue pour les primo-accédants est le prêt à taux zéro ou PTZ. Ce prêt aidé finance, sous conditions, jusqu’à 40 % du montant de l’acquisition. Les banques le considèrent d’ailleurs comme un apport personnel puisqu’il est sans intérêt. Avec ce prêt, le célibataire augmente donc son apport personnel. Si le célibataire est salarié, il a sûrement droit à un prêt action logement. S’il est retraité, des prêts délivrés par la caisse de retraite existent aussi.

Comment trouver un crédit immobilier en étant célibataire ?
Tous les établissements bancaires distributeurs d’un crédit immobilier exigent en principe les mêmes conditions d’octroi. Par contre, qu’ils soient une banque généraliste, une banque en ligne ou un organisme spécialisé de crédit, tous n’ont pas la même politique commerciale. C’est pourquoi, pour trouver un crédit immobilier en étant célibataire, il est primordial de mettre en concurrence les offres proposées sur le marché. À l’aide d’un comparateur en ligne qui décrypte plusieurs dizaines de propositions en quelques minutes, le célibataire obtient les meilleures en rapport avec son profil. Il a au préalable réalisé une simulation gratuite en ligne pour calculer sa capacité d’emprunt et de remboursement afin d’avoir une idée plus juste du montant qu’il peut emprunter. Pour trouver un crédit immobilier en étant célibataire, il peut être judicieux d’être conseillé et accompagné par un courtier en crédit. Cet expert mandaté s’occupe du dossier de financement de A à Z. Il connaît son client et saura mettre en avant ses atouts pour optimiser le dossier auprès de son grand réseau de partenaires. Négociateur hors pair, il saura également dénicher le meilleur taux d’intérêt. Bon à savoir ! La rémunération du courtier n’intervient que si une offre de crédit immobilier est signée. C’est la banque qui verse la commission variable de 1 à 7 %.

Enfin, le célibataire peut faire des économies sur le coût global du crédit immobilier en comparant les offres d’assurance emprunteur. Depuis la loi Lagarde de 2010, il est possible de choisir librement son contrat d’assurance. Ce dispositif s’appelle la délégation d’assurance. Les prêteurs ne peuvent s’y opposer sous peine de sanctions. La seule condition est de souscrire aux mêmes garanties que celles exigées avec l’offre de prêt (cf. fiche standardisée d’information).

Lire la suite sur scoop.it
Mentions légales Confidentialité