IMMOBILIER : Où acheter au bord de mer ?

Dans la plupart des villes balnéaires où se vendent des logements neufs, les prix augmentent. Mais sur certains spots, les acheteurs peuvent encore profiter de trois pièces aux tarifs encore tout à fait accessibles... 

Les stations balnéaires n’échappent pas à la tendance constatée dans la plupart des villes : l’offre d’appartements neufs à vendre se raréfie depuis plusieurs mois. En conséquence, à l’instar d’une majorité de métropoles, les prix des logements restants ont tendance à grimper sur place. Il reste bien sûr des opportunités à saisir. Mais globalement, l’immobilier neuf en bord de mer “n’a jamais été aussi affaibli par le manque d’offre”, alerte la plateforme Trouver-un-logement-neuf.com dans son baromètre. En conséquence, les prix dans ces villes “augmentent sensiblement”, commente la plateforme.

Pour trouver malgré tout des bons plans où il sera encore possible d’investir pas cher
Agde, Saint-Nazaire et la Seyne-sur-Mer à moins de 250.000 euros
Sans surprise, parmi les 37 communes extraites dans le baromètre, la plupart des plus chères se situent sur la Côte d’Azur. A Eze (Alpes-Maritimes), les prix des trois pièces (appelés T3) atteindront ainsi 512.000 euros en moyenne, contre 427.000 euros à Sainte-Maxime (Var) ou encore 374.000 euros à Antibes (Alpes-Maritimes). Les prix des trois pièces seront également élevés à Porticcio, en Corse-du-Sud (430.000 euros en moyenne) et La Baule-Escoublac (Loire-Atlantique).

A contrario, il sera possible d’acquérir des T3 à moins de 250.000 euros en moyenne dans huit villes balnéaires étudiées. Parmi elles, dans le Sud, on peut citer La Seyne-sur-Mer (249.900 euros en moyenne), Agde (228.900 euros) et Istres (224.700 euros). Sur la côte atlantique, les acheteurs pourront également trouver des spots intéressants du point de vue des prix du côté de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique, 245.300 euros en moyenne), Biscarrosse (Landes, 263.500 euros) ou encore Lagord, au nord de la Rochelle (Charente-Maritime, 273.700 euros).

Lire la suite sur scoop.it
Source : www.capital.fr
Mentions légales Confidentialité