Immobilier : entre prêt relais et transfert de prêt, quelles différences ? 

Acheter sans attendre de vendre son logement, c’est évidemment possible. Aussi, pour ne pas être contraint de vendre en urgence, pensez aux prêt relais et transfert de prêt.
 
Vous avez acheté un bien mais pas encore vendu le vôtre ? Deux solutions s’offrent à vous : le prêt relais et le transfert de prêt. 
Le prêt relais est un crédit à court terme, une avance partielle de fonds destinée à accompagner financièrement un emprunteur désirant acheter un nouveau bien avant même d’avoir vendu le logement où il réside. 

Quant à l’opération de transfert de prêt, pratique moins répandue en France qu’aux Etats-Unis par exemple, elle se définit par la possibilité de conserver les mêmes conditions de crédit immobilier d’un projet à l’autre.

Avantages et inconvénients du prêt relais
Le prêt relais présente plusieurs avantages. Il évite de vendre sa maison ou son appartement dans l’urgence, donc possiblement à perte. Son montant, de 50 à 80 % de la valeur estimée du bien mis en vente, apparaît ainsi comme une aide essentielle pour financer, en complément d’un prêt immobilier classique, le nouveau logement.

Autre avantage : tant que le prêt relais est en cours, l’emprunteur ne règle que les intérêts sur la somme empruntée. Le capital, lui, n’est redevable qu’après la vente et sans aucune pénalité.

En revanche, l’inconvénient du prêt relais réside dans le fait que si le bien initial n’est pas vendu, les clients se retrouvent dans la situation de devoir rembourser l’intégralité de la somme avancée, capital compris. Autre point a priori défavorable : il s’agit d’un crédit accordé au maximum pour une période de deux ans. Enfin, les banques exigent bien souvent de solides garanties à l’emprunteur pour lui accorder un prêt relais : revenus stables, épargne disponible, pas d’incidents bancaires.

Les + et les – du transfert de prêt
Le transfert de prêt a pour avantage principal, lorsqu’on souhaite financer son nouveau logement, de maintenir les taux d’intérêts négociés lors de la signature du prêt immobilier précédent. Cette option évite de surcroît les frais de clôture du crédit en cours et les pénalités liées à un remboursement de prêt anticipé. Le transfert de prêt évite aussi les frais liés à la souscription d’un nouvel emprunt. Au total, une économie de plusieurs milliers d’euros est potentiellement réalisable grâce à ce que les professionnels du secteur nomment la « clause de transférabilité ».

Toutefois, il existe des inconvénients à cette formule. Le prêt immobilier n’est en effet transférable que sous certaines conditions. D’une part, la transition entre l’ancien et le nouveau logement doit intervenir dans un délai limité à quelques mois. La « destination » entre les deux biens doit en outre être la même. Ainsi, le transfert de prêt ne peut pas fonctionner si l’emprunteur vend sa résidence principale pour financer l’achat d’une résidence secondaire, et inversement. Enfin, le montant du nouvel achat doit être au minimum égal au solde restant dû sur le crédit en cours.

Lire la suite sur scoop.it
Source : actu.fr
Mentions légales Confidentialité