Bordeaux lance son label Bâtiment frugal 

Immobilier à Bordeaux : deux ans pour se préparer au label Bâtiment frugal bordelais

La Ville est en train de mettre en œuvre un label qui privilégiera des matériaux et des méthodes de construction moins polluants et moins énergivores. Il s’appliquera à tous les permis de construire d’ici deux ans
Montrer que les choses bougent en matière d’immobilier à Bordeaux : Pierre Hurmic en a peut-être besoin à l’approche du premier anniversaire de son élection, pour laquelle les questions de logement et d’urbanisme semblent avoir compté. La Ville est en train de mettre en oeuvre le label Bâtiment frugal bordelais, et en le présentant, le maire a insisté sur “le bétonnage de notre paysage, l’artificialisation de nos sols et le dérèglement climatique qui s’est aggravé » durant ces vingt dernières années.

Reste que les permis de construire attribués peuvent difficilement être annulés. Et que le virage est long pour aller vers la ville moins polluante et moins dévoreuse d’énergie, à laquelle il aspire avec Bernard Blanc, son adjoint en charge de l’urbanisme résilient. L’adoption de ce label dans le PLU (plan local d’urbanisme), c’est pour dans deux ans. Mais les choses sont en train de bouger.

Ventilation naturelle
« Nous sommes dans une phase transitoire, explique Bernard Blanc. Nous avons deux ans pour apprendre à monter des projets avec ce nouvel outil, sur la base du volontariat. Celui qui refusera de s’en servir, on ne pourra rien contre lui. C’est juste qu’il aura perdu deux ans puisque à terme il deviendra obligatoire. »

Concrètement, il est question de limiter au maximum les équipements qui produisent de la chaleur et de la fraîcheur. « Ils coûtent cher dans le budget construction du bâtiment, et passé plusieurs années, ils tombent facilement en panne », note Bernard Blanc. Qui cite en exemple un projet sans chauffage dans l’îlot Paul Boncour, rive droite. « Cette absence est compensée par l’orientation par rapport au soleil, et par la mise en place d’une ventilation naturelle. »

Il est aussi question d’utiliser des matières premières produites dans un rayon de 200 kilomètres autour de Bordeaux (argile, pin…) et de faire travailler en priorité des entreprises locales ou régionales. Ou, suite aux constats de mal-être effectués pendant la crise sanitaire, de créer des espaces en extérieur dans tout nouveau logement, ainsi que des espaces verts partagés.

42 critères
Des exemples existent déjà. Aux Chartrons, le projet de l’îlot Counord prévoit la création d’un jardin partagé, de toitures végétalisées et de jardinières sur dalles accompagnant la reconstruction d’un centre commercial, avec 87 nouveaux logements à la clé. Rive droite, le projet de la ZAC Bastide Niel a été fragmenté. « On est passé de 100 % de surfaces bétonnées à 33 % d’espaces publics paysagés et végétalisés. »

42 critères ont été élaborés pour rentrer dans le label Bâtiment frugal bordelais. Leur respect sera plus ou moins impératif selon les profils de ceux qui porteront des projets immobiliers : particuliers sans accompagnement, particulier travaillant avec un architecte ou un assistant à maîtrise d’ouvrage (AMO), professionnels. La liste doit être consultable à la fin mai auprès des entreprises du bâtiment ou sur l’onglet Urbanisme du site de la mairie. « Et ces critères seront évolutifs. Nous sommes encore dans une phase de construction. »

Lire la suite sur scoop.it
Source : www.sudouest.fr
Mentions légales Confidentialité