Crédit immobilier : comment et quoi négocier ?

C’est l’étape la plus importante dans un projet immobilier. Pour acheter il faut, la plupart du temps, s’endetter. Et donc trouver un plan de financement. Le contexte est très favorable : les taux de crédit sont à leur plancher historique, d’après tous les baromètres. Mais cela ne fait pas tout. Avant de signer une offre de prêt, il faut être sûr de le faire dans les meilleures conditions. Voici les quelques règles à suivre pour mettre toutes les chances de son côté.

MONTER SON DOSSIER À L'AVANCE
Pour obtenir la confiance des banques, il faut faire preuve de sérieux. Et cela commence par un dossier bien ficelé. Il est recommandé de mettre de côté toutes les pièces (bulletins de salaire, relevés de compte, avis d’imposition, etc.). L’idéal est de disposer des versions numériques rangées dans un dossier. On pourra ainsi les envoyer en quelques clics. Cela prouve que le projet n’est pas improvisé et que l’on s’est bien préparé.

SE CONSTITUER UN APPORT PERSONNEL
Les taux sont à leur plancher historique, en revanche les conditions se sont un peu durcies. Aujourd’hui, il est presque impossible d’obtenir un prêt sans apport personnel. «Les banques vont regarder ce point avec attention. Elles savent qu’elles ne prennent pas trop de risque si l’apport est de 10 %. C’est en ce moment le minimum, même s’il y a toujours des exceptions», rapporte Cécile Roquelaure, directrice études et communication du réseau de courtiers Empruntis. C’est l’occasion de solliciter son PEL ou son livret A, voire d’épargner dès maintenant pour un projet futur.

EVALUER SA CAPACITÉ D'EMPRUNT
Pour connaître l’enveloppe dont on dispose et avoir une idée du type de bien auquel on peut prétendre, il faut évaluer sa capacité d’emprunt. Plusieurs outils en ligne permettent de le faire. La règle est simple : on ne peut s’endetter à plus d’un tiers de ses revenus. Jusqu’à il y a peu, la limite était fixée à 33 %. Le Haut conseil de stabilité financière (HCSF) vient de relever ce seuil à 35 %, mais en ajoutant l’assurance emprunteur dans les calculs.

SURVEILLER LES MODALITÉS DU CRÉDIT
Le taux du crédit et de l’assurance importent dans le choix d’une banque, mais ce n’est pas tout. «Il faut voir comment le crédit va vivre au fil des ans, surtout en période de crise sanitaire», met en garde Cécile Roquelaure. En effet, il peut être judicieux de s’intéresser aux modalités de report. Peut-on faire une pause de quelques mois dans son crédit ? D’après Empruntis, près d’un tiers des banques n’offrent pas ce service. Même constat pour les échéances : est-il possible de les moduler à la baisse ?

FAIRE APPEL À UN COURTIER
Tout le monde n’a pas forcément le temps d’enchaîner les rendez-vous auprès des banques. Afin de gagner en efficacité, on pourra se tourner vers les réseaux de courtiers. Ces derniers connaissent le sujet : ils savent par exemple vers quel établissement se tourner pour les prêts aidés comme le PTZ. D’autant que, avec l’arrivée des banques en ligne, l’offre est devenue pléthorique.

Lire la suite sur scoop.it
Source : www.cnews.fr
Mentions légales Confidentialité