Location immobilière : que faut-il déclarer ?

Nombreux sont les contribuables propriétaires qui louent un bien immobilier, sans trop savoir s'ils doivent les déclarer et comment.Par principe, sont imposables à l'impôt sur le revenu - selon votre taux - et à la CSG/CRDS (17,2 %), tous les bénéfices provenant de la location d'un bien immobilier, qu'il soit bâti (maisons principales ou secondaires, appartements, magasins, bureaux, chambres d'étudiant…) ou non bâti (terrains, étangs, carrières…), mais également l'ensemble des revenus accessoires (droit de chasse ou de pêche…). Peu importent la durée de la location, permanente ou saisonnière, les montants perçus (dès le 1er euro) ou que la location soit nue ou meublée.Le seul cas d'exonération concerne les personnes qui louent en meublée une partie de leur résidence principale, lorsque les pièces louées constituent pour le locataire sa résidence principale ou temporaire pour les salariés saisonniers (ce qui peut être le cas de certaines locations de chambres de bonne ou d'étudiant).Si la location est nue (non meublée), elle est imposable dans la catégorie des revenus fonciers, soit selon le régime réel d'imposition sur la base du bénéfice (recettes minorées des frais et charges), soit selon le régime simplifié ("micro foncier").Le micro foncier est applicable aux contribuables dont le revenu brut foncier est inférieur ou égale à 15.000 €, il permet de n'être imposé que sur un revenu net déterminé en appliquant aux recettes un abattement forfaitaire de 30 % représentatif de l'ensemble des charges. Option intéressante, sauf si le montant réel des dépenses est supérieur à 30 % du loyer.  
Si la location est meublée, les revenus sont taxables dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux (BIC), avec une imposition selon le régime réel (avec une exonération si le montant des revenus n'excède pas 760 € par an) ou selon le régime du micro BIC si le montant des recettes annuelles est inférieur à 170.000 € pour les chambre d'hôtes et meublé de tourisme (avec un abattement de 71%) ou à 70.000 € pour les autres activités de location meublée (avec un abattement de 50%).Des règles spécifiques s'appliquent s'agissant de l'hôtellerie ou la para-hôtellerie.

Lire la suite sur scoop.it
Mentions légales Confidentialité