La France : de nouveau à la première place dans le cœur des acheteurs étrangers

Les grands acheteurs mondiaux sont de retour au 1er semestre sur le marché français avec de nombreuses recherches dans des budgets de 30/50 millions voire parfois à plus de 100 millions d’euros. Un premier semestre 2019 soutenu donc par le dynamisme de l’immobilier d’ultra-luxe…
Conformément aux prévisions annoncées par Coldwell Banker en début d’année, le premier semestre 2019 marque le retour des grands acheteurs mondiaux sur le marché français avec de nombreuses recherches dans des budgets de 30/50 millions voire parfois à plus de 100 millions d’euros. Selon Laurent Demeure, Président de Coldwell Banker France et Monaco : «nous recevons de nombreux clients via notre réseau mondial de 3 000 bureaux. Nous gérons actuellement des recherches actives provenant de Californie et de New-York pour de vastes hôtels particuliers parisiens et aussi des propriétés emblématiques sur les Caps d’Antibes et de Saint-Jean-Cap-Ferrat. Une forte demande pour les propriétés emblématiques Les exigences sont simples : seulement le meilleur ! Soit une localisation d’exception, des décorations exceptionnelles, des surfaces supérieures à 800 m² et bien évidement des prestations haut de gamme : piscines, salles de sport, climatisations, logement pour le property manager … »
Les taux d’intérêt historiquement bas continuent d’alimenter en liquidité le marché. « Le premier semestre 2019 est déjà historique avec plusieurs acquisitions impressionnantes, aussi bien à Paris, Cannes, qu’à New-York et Miami, reprend Laurent Demeure. Compte tenu des recherches en cours le deuxième semestre s’annonce encore plus excitant. Le marché immobilier mondial est transfiguré, nous assistons à une vraie révolution avec des demandes spectaculaires et des ventes records. Sky is the limit !» La France reprend la première place dans le cœur des acheteurs étrangers La France redevient la destination privilégiée pour les clients étrangers. « Les années Hollande qui avaient détourné les fortunes mondiales de notre pays sont désormais oubliées », constate Laurent Demeure. La Côte d’Azur voit le retour des grandes fortunes mondiales. L’arrière-pays Cannois fait face à une forte demande de clients scandinaves (Norvège, Suède, Danemark) pour de belles propriétés dont la demande moyenne se situe à 1,5 millions d’euros.
La région Bordelaise continue d’attirer les acheteurs étrangers avec une prédominance des néerlandais, des anglais, des suisses mais également des français expatriés. Le Bassin d’Arcachon, dont surtout le Cap Ferret, est passé du statut de destination régionale à mondiale en moins de 10 ans.
Après plusieurs années de crise économique, les Espagnols sont de retour au Pays Basque, à Biarritz et Saint-Jean-de-Luz et sur la Côte Vermeille, entre Perpignan et la frontière espagnole. Selon Laurent Demeure : « Nos bureaux régionaux, tels ceux de Saint-Remy-de-Provence ou ceux de la côte charentaise constatent une compétition entre les acheteurs nationaux et les acheteurs internationaux pour trouver les plus belles résidences secondaires. Partout c’est le retour à un style de vie authentique fait de montagnes, vignobles, criques et villages adorables, qui est demandé. Paris, capitale de l’immobilier mondial pour les chinois Si les Américains et les Italiens s’affrontent pour la première place des acquisitions étrangères à Paris, Coldwell Banker constate avec une montée en puissance des acquéreurs chinois. À ce rythme, les acheteurs de « l’Empire du Milieu » détrôneront l’Italie et les États-Unis sur la place parisienne.
Si l’on pouvait craindre un impact de la crise des gilets jaunes sur l’attractivité de la France, il n’en est rien ! Bien au contraire, les investisseurs étrangers renouvellent leur confiance en la France. Quant aux parisiens, ces derniers acquièrent principalement des appartements entre 1 et 2,5 millions d’euros. Ce marché est très dynamique quoique freiné par un très faible stock. « La seule limite à une année record pour le nombre de ventes à Paris est le manque de biens disponibles à la vente », regrette Laurent Demeure.

Lire la suite sur scoop.it
Mentions légales Confidentialité