Accès partenaires

Tout comprendre sur la SCPI

SCPI : Un investissement accessibleLes Sociétés Civiles de Placement Immobilier sont des sociétés civiles ayant pour objet exclusif l’acquisition et la gestion d’un patrimoine immobilier locatif. Les investissements s’effectuent essentiellement dans des locaux d’entreprises, de bureaux, d’entrepôts et des locaux commerciaux. L’idée ? Assurer la distribution de revenus réguliers aux différents associés. L’acquisition se faisant en parts, vous pouvez facilement ajuster votre investissement à vos besoins et vos possibilités. Le ticket d’entrée est généralement très accessible même s’il varie en fonction de la stratégie de chaque société de gestion. SCPI : Une solution rentableDe nombreuses SCPI investissent sur le marché de l’immobilier tertiaire, l’un des secteurs de l’immobilier les plus rentables actuellement. A la différence de l’immobilier d’habitation, ce secteur n’a pas connu de spéculation forte, les rendements restent donc stables. Autre atout non négligeable : quand vous investissez dans une SCPI, votre placement est géré par une société de gestion. Elle collecte les fonds, les investit mais s’occupe aussi de la location et de la valorisation des biens en question. Tout cela sous la responsabilité de l’Autorité des Marchés Financiers, un organe tiers qui surveille la bonne gestion des SCPI. Une vraie garantie pour l’investisseur qui peut dormir sur ses deux oreilles.SCPI : Des frais nombreux à prévoirAu moment de l’achat, il faut s’acquitter de frais d’entrée, payables en une fois, qui avoisinent les 8-12 % du montant investi, selon les gestionnaires. A cela s’ajoutent, des frais de gestion annuels qui s’élèvent à 10 % des loyers encaissés. Si vous souhaitez liquider vos parts rapidement, vous ne pourrez pas les rentabiliser. Le mieux est de définir un échéancier permettant de connaître la rentabilité de votre projet en termes de durée pour éviter les déconvenues. Autre point important : bien calculer l’impact fiscal des SCPI. Attirés par le bon ratio rendement/risque, certains investisseurs oublient parfois que le revenu locatif perçu est soumis au barème progressif de l’impôt sur le revenu et aux prélèvements sociaux, au même titre qu’un investissement immobilier classique. Une donnée dont il faut pourtant tenir compte avant de signer.

Lire la suite sur scoop.it